Clément Venturini face aux meilleurs suisses



Pour sa 3ème édition, le cyclocross international de Nyon (cat. C2 UCI) organisé samedi 2 décembre, va bénéficier cette année d’une participation de haut niveau après l’inscription du champion de France Clément Venturini (24 ans). Celui-ci sera opposé aux meilleurs Suisses actuels, Marcel Wildhaber, Simon Zahner, Nicola Rohrbach et Lars Forster, le champion national 2016 ainsi qu’à quelques étrangers dont l’Allemand Sascha Weber et le Tchèque Emil Hekele. La grand favoirte chez les femmes est Jasmin Egger-Achermann.

Il s’agit d’une très bonne nouvelle pour les responsables du VC Nyon, dont l’inoxydable président Jean-Paul Savary, toujours à la recherche de soutiens financiers et de bénévoles qui se font de plus en plus rares par les temps qui courent. Une situation qui ne manque pas d’inquiéter pour l’avenir de l’épreuve mise sur pied en liaison avec le Cyclophile sédunois, lequel accueillera une bonne partie des mêmes participants le lendemain à Sion.

Venturini: „Je ne suis pas le favori“

L’ancien champion du monde junior, Clément Venturini a choisi les deux courses de Nyon et Sion pour reprendre le rythme après une pause: „C’est le weekend de la 3ème manche de la Coupe de France. Mais comme j’ai repris tranquillement. J’ai donc préféré aller en Suisse pour deux cyclo-cross C2. Mais je ne sais pas du tout quel est mon niveau. Donc je ne suis pas le favori.“

Contrairement à l’année passée, aucune épreuve de Coupe du monde ou du Trophée super-prestige n’est agendée ce week-end-là, mais c’est la fameuse course de l’Escalade, à Genève, qui s’annonce comme une concurrence redoutable sur le plan populaire. Une collision de date à laquelle il est difficile d’échapper et qui fait réfléchir les responsables de l’épreuve nyonnaise face à l’avenir de la compétition.

Champion d’Europe Rouiller au départ

Alors que depuis plusieurs années les représentants suisses sont régulièrement largués lors des championnats du monde, le sacre récent de l’espoir suisse Loris Rouiller, champion d’Europe junior à Tabor (République tchèque), va-t-il relancer l’intérêt pour cette discipline hivernale qui a fait jadis la renommée du cyclisme helvétique et des Zweifel, Frischknecht, Pascal Richard, Didi Runkel, Beat Wabel et compagnie? C’est la grande question qui taraude les esprits alors que les organisateurs espèrent et attendent toujours l’inscription du jeune Vaudois (18 ans), vainqueur cette saison des quatre manches du Trophée EKZ et invaincu en Suisse depuis la reprise, en septembre dernier.

Parcours modifié

Si l’horaire des courses a dû être modifié en raison du nouveau règlement UCI, le parcours, tracé sur le terrain du Centre sportif de Colovray, a lui aussi subi des retouches de la part de son concepteur, Denis Champion. Le sens de la course a été inversé pour tendre à la rendre plus difficile et plus spectaculaire et combler ainsi le public et les passionnés.

Comme depuis son retour au calendrier de la spécialité, en 2015, le cyclocross de Nyon est ouvert à toutes les catégories.